Public cible : professionnels du secteur psycho-socio-éducatif

06/06/2018 - Journée d'étude

Vivre des deuils et des pertes quand on est adolescent

Quoi

Aucun être humain n’est protégé des deuils et des pertes… Lorsqu’ils arrivent à l’adolescence, ils sont influencés par des facteurs propres à cette période intense de changements à tous les niveaux. Cette journée de formation abordera les particularités d’être un adolescent et de vivre la maladie grave, la disparition ou la mort d’un être cher ou des pertes liées à l’adoption, l’abandon ou la séparation parentale… Nous verrons comment se dégager des comparaisons faciles (ex : la séparation est moins pire que la mort) afin de saisir comment aller à la rencontre de leur vécu unique et de comprendre les séquelles de ces pertes sur chacun. Nous analyserons les meilleures attitudes à avoir, les mots à utiliser ou à ne pas utiliser tout en prenant soin de comprendre notre rôle en tant qu’adultes à leur égard. Les réactions, les besoins et la notion de temps seront expliqués et se grefferont aux informations essentielles de ce qu’est un adolescent sur les plans biologique et social.

Quand

Pendant la journée de 9 à 17 heures 

Congrégation des Soeurs Franciscaines

50, avenue Gaston Diderich, Luxembourg

Avec qui

Josée Masson, travailleuse sociale depuis 21 ans au Québec, auteure de « Mort, mais pas dans mon coeur » best seller et fondatrice, présidente-directrice-générale de l’organisme Deuil-Jeunesse qui vient en aide aux jeunes vivant des pertes importantes (maladie grave, disparition, mort d’un proche ou pertes liées à l’adoption, l’abandon ou la séparation parentale).

Dernière mise à jour